Accueil litterature Ce que je vois…

Ce que je vois…

0
5
182

Ce que je vois me plait, c’est bien, ainsi. Il y a des pieds nus qui déposent leurs empreintes dans le sable brulant. Et des regards langoureux qui badent la mer. Des mains d’enfant qui dégagent les cheveux que le vent vigoureux ramène sans cesse devant les yeux. Il y a ces jupes qui se soulèvent au gré des danses folles …Dans l’horizon lointain, il y a ces corps transis de mille envies. C’est impossible de se substituer au désir.

 

mere

Isabelle Franc Rttr

Prenez soin de vous

  • Chat noir dans les bras…

    De fait, l’autre ne ressemble jamais à soi. J’ai besoin de vérité. J’ai besoin de sincérit…
  • Il y a ce corps…

    Il y a ton corps que je vois se cabrer, ton visage qui s’épanouit…m’attends-tu à l’orée de…
  • Abolir…

    J’ai le souvenir, exact et précis, que l’histoire de mon existence est parsemée de portes …
Charger d'autres articles liés
  • Chat noir dans les bras…

    De fait, l’autre ne ressemble jamais à soi. J’ai besoin de vérité. J’ai besoin de sincérit…
  • Il y a ce corps…

    Il y a ton corps que je vois se cabrer, ton visage qui s’épanouit…m’attends-tu à l’orée de…
  • Abolir…

    J’ai le souvenir, exact et précis, que l’histoire de mon existence est parsemée de portes …
Charger d'autres écrits par handiparisperpignan
  • Chat noir dans les bras…

    De fait, l’autre ne ressemble jamais à soi. J’ai besoin de vérité. J’ai besoin de sincérit…
  • Il y a ce corps…

    Il y a ton corps que je vois se cabrer, ton visage qui s’épanouit…m’attends-tu à l’orée de…
  • Abolir…

    J’ai le souvenir, exact et précis, que l’histoire de mon existence est parsemée de portes …
Charger d'autres écrits dans litterature

Laisser un commentaire

Consulter aussi

cerisier rose

Certes, c’est déjà fané, flétri, défleuri,  maintenant il faudra attendre l’année prochain…