Illusoire

0
3
88

C’est presque illusoire. Ce n’est pas l’envie, mais l’opportunité, la force et le courage me font souvent défaut pour te parler de ce trouble qui se répand en moi, une trainée de poudre. Tu le devines…peut-être ! Tu le vois…sans aucun doute ! J’ose le croire. Discrètement, je l’espère de tout mon cœur. Cela reste comme partir à l’aventure ! Ainsi, apprend-on en observant chaque regard, chaque attitude, quelle est la force du désir de l’autre. Des fois, j’avoue être moins réceptive. Moins encline, alors, je me renferme, je délaisse, pas trop longtemps, cette lutte, j’abdique un instant, le temps de créer en toi quelque chose dont ma volonté est qu’il ressemble à un manque. Et puis, si tu insistes, je peux me faire encore plus discrète. Va savoir si l’absence, la transparence n’est pas au fond le seul chemin qui mène à l’attachement.

G-11-La-belle-endormie-crop

Isabelle franc Rttr

Copyright 2020

  • A partir de …

    A partir de quoi se raconte notre histoire ? Tant de fois j’ai fait preuve de fermeté à to…
  • Soie et satin…

    C’était le dernier jour de l’été, aussi jour de mémoire, et j’ai pensé à t’écrire pour te …
  • Aux aurores…

    Aux aurores, moi, j’arrivais des jardins de mon père. Je me souviens que je portais cette …
Charger d'autres articles liés
  • A partir de …

    A partir de quoi se raconte notre histoire ? Tant de fois j’ai fait preuve de fermeté à to…
  • Soie et satin…

    C’était le dernier jour de l’été, aussi jour de mémoire, et j’ai pensé à t’écrire pour te …
  • Aux aurores…

    Aux aurores, moi, j’arrivais des jardins de mon père. Je me souviens que je portais cette …
Charger d'autres écrits par handiparisperpignan
  • A partir de …

    A partir de quoi se raconte notre histoire ? Tant de fois j’ai fait preuve de fermeté à to…
  • Soie et satin…

    C’était le dernier jour de l’été, aussi jour de mémoire, et j’ai pensé à t’écrire pour te …
  • Aux aurores…

    Aux aurores, moi, j’arrivais des jardins de mon père. Je me souviens que je portais cette …
Charger d'autres écrits dans litterature

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Les effluves…

Ce visage, la nuit, c’est effroyable, par ailleurs, c’est l’envie de sa présence, encore p…