Accueil litterature Stupéfaite !

Stupéfaite !

2
4
221

Stupéfaite !

Je suis médusée, je veux dire abasourdie. J’ai beaucoup de ressentiments. Ces trente dernières années, l’incapacité des hommes à changer le monde incendié contemporain nous a plongé dans un marasme, et, c’est même devenu une source intarissable de larmes amères, un fleuve de désespérance…la totale incapacité à souffrir la vulnérabilité de l’autre, je l’ai souvent évoquée ici et ailleurs. Tout reste à réinventer, encore, très souvent. Entre les lignes de mes petits billets d’humeur quotidiens, il y a bien des embruns de colère, de doutes, de renoncements, tout autant que d’encouragements, de joie, d’envie et d’espoir, ces mots qui veulent hurler la saturation vibrante à l’intérieur. Cela ne m’a jamais empêché de continuer à désirer, prier, et, toujours, écouter cette douleur silencieuse. La chair pousse des cris. J’aurais tout fait pour ne pas en arriver là…

 

belu

Isabelle Franc Rttr

Prenez soin de vous

  • A partir de …

    A partir de quoi se raconte notre histoire ? Tant de fois j’ai fait preuve de fermeté à to…
  • Soie et satin…

    C’était le dernier jour de l’été, aussi jour de mémoire, et j’ai pensé à t’écrire pour te …
  • Aux aurores…

    Aux aurores, moi, j’arrivais des jardins de mon père. Je me souviens que je portais cette …
Charger d'autres articles liés
  • A partir de …

    A partir de quoi se raconte notre histoire ? Tant de fois j’ai fait preuve de fermeté à to…
  • Soie et satin…

    C’était le dernier jour de l’été, aussi jour de mémoire, et j’ai pensé à t’écrire pour te …
  • Aux aurores…

    Aux aurores, moi, j’arrivais des jardins de mon père. Je me souviens que je portais cette …
Charger d'autres écrits par handiparisperpignan
  • A partir de …

    A partir de quoi se raconte notre histoire ? Tant de fois j’ai fait preuve de fermeté à to…
  • Soie et satin…

    C’était le dernier jour de l’été, aussi jour de mémoire, et j’ai pensé à t’écrire pour te …
  • Aux aurores…

    Aux aurores, moi, j’arrivais des jardins de mon père. Je me souviens que je portais cette …
Charger d'autres écrits dans litterature

2 Commentaires

  1. Véronique

    31 octobre 2020 à 12 h 43 min

    Tout à fait d’accord avec toi Isa-Belle
    Je crois que nous sommes nombreux individuellement à souhaiter la paix dans le monde, et dans nos cœurs d’individus .
    Pourtant ce n’est pas tout à fait comme cela que le monde fonctionne dans les divers groupes qui se forment .
    Et c’est quand la convoitise s’en mêle que les bons sentiments s’évaporent .
    Convoitise=>poison
    Réduit l’homme à un animal sauvage …

    Bises Belle-Isa .

    Répondre

    • handiparisperpignan

      1 novembre 2020 à 19 h 35 min

      Merci de votre retour. bises

      Répondre

Laisser un commentaire

Consulter aussi

contre-courant

‌Jusqu’au petit matin il a nagé à contre-courant, vois-tu. Sa respiration haletante, court…