Accueil litterature Observée…

Observée…

0
2
81

Tu m’as observée rire à toutes tes blagues. Et il m’a semblé apercevoir dans tes yeux briller quelque chose comme de la fierté. Tu possèdes ce pouvoir-là, sur mon âme, de me faire interrompre mes larmes hostiles ou futiles. Et moi, je te regarde te mouvoir en me souciant uniquement du temps qui court plus que d’autre chose. Je le regarde défiler, me rendre cette confiance que j’ai passée un temps infini à vouloir conquérir. Un jour,  ce sera toi qui te souviendras de moi, avec douceur, comme ce soleil que je t’apportais. Quand les instants joyeux se réfléchissent dans nos mains jusqu’au bout des doigts. Tu m’as observée alors que j’étais déjà à toi.

 

inbound3750466874689174109 

Isabelle Franc Rttr

Prenez soin de vous

  • A partir de …

    A partir de quoi se raconte notre histoire ? Tant de fois j’ai fait preuve de fermeté à to…
  • Soie et satin…

    C’était le dernier jour de l’été, aussi jour de mémoire, et j’ai pensé à t’écrire pour te …
  • Aux aurores…

    Aux aurores, moi, j’arrivais des jardins de mon père. Je me souviens que je portais cette …
Charger d'autres articles liés
  • A partir de …

    A partir de quoi se raconte notre histoire ? Tant de fois j’ai fait preuve de fermeté à to…
  • Soie et satin…

    C’était le dernier jour de l’été, aussi jour de mémoire, et j’ai pensé à t’écrire pour te …
  • Aux aurores…

    Aux aurores, moi, j’arrivais des jardins de mon père. Je me souviens que je portais cette …
Charger d'autres écrits par handiparisperpignan
  • A partir de …

    A partir de quoi se raconte notre histoire ? Tant de fois j’ai fait preuve de fermeté à to…
  • Soie et satin…

    C’était le dernier jour de l’été, aussi jour de mémoire, et j’ai pensé à t’écrire pour te …
  • Aux aurores…

    Aux aurores, moi, j’arrivais des jardins de mon père. Je me souviens que je portais cette …
Charger d'autres écrits dans litterature

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Pas une seconde…

Il n’est pas une seconde où je ne pense à ton regard si profond. Et cela jette en moi un t…