Accueil litterature STOP…coup de colère.

STOP…coup de colère.

0
0
190

Et comment en est-on arrivé à ce point de rupture ? Inutile de demander à ceux qui savent ; ils ne nous répondront jamais. A ce stade, de ne plus savoir vivre ensemble, ne plus se comprendre, ne plus s’accueillir les uns les autres…Il n’est pas un jour sans que nous ayons ouï-dire,  connaissance ou vent d’hostilités. Partout, on peut lire « ouvertement », de manière décomplexée, sur les réseaux sociaux de la rage, de la colère, un éventail de passions violentes, sentiments de l’ordre de ceux qui poussent à aller jusqu’à vouloir du mal à autrui. Impressionnant ce déferlement de haine à l’encontre de cette jeune femme…Personnellement, tout ce déchainement d’insultes ou propos orduriers me donne la nausée. Et j’ai cette triste et terrible impression qu’il n’y a plus l‘émerveillement de la rencontre. Nous sommes tous reclus dans nos presqu’îles intérieures. Aux aurores je deviens incapable de regarder tout ce que nous avons perdu.

Stop Sign Paint Splatter.

Isabelle Franc Rttr

Prenez soin de vous

  • Chat noir dans les bras…

    De fait, l’autre ne ressemble jamais à soi. J’ai besoin de vérité. J’ai besoin de sincérit…
  • Il y a ce corps…

    Il y a ton corps que je vois se cabrer, ton visage qui s’épanouit…m’attends-tu à l’orée de…
  • Abolir…

    J’ai le souvenir, exact et précis, que l’histoire de mon existence est parsemée de portes …
Charger d'autres articles liés
  • Chat noir dans les bras…

    De fait, l’autre ne ressemble jamais à soi. J’ai besoin de vérité. J’ai besoin de sincérit…
  • Il y a ce corps…

    Il y a ton corps que je vois se cabrer, ton visage qui s’épanouit…m’attends-tu à l’orée de…
  • Abolir…

    J’ai le souvenir, exact et précis, que l’histoire de mon existence est parsemée de portes …
Charger d'autres écrits par handiparisperpignan
  • Chat noir dans les bras…

    De fait, l’autre ne ressemble jamais à soi. J’ai besoin de vérité. J’ai besoin de sincérit…
  • Il y a ce corps…

    Il y a ton corps que je vois se cabrer, ton visage qui s’épanouit…m’attends-tu à l’orée de…
  • Abolir…

    J’ai le souvenir, exact et précis, que l’histoire de mon existence est parsemée de portes …
Charger d'autres écrits dans litterature

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Ancrage…

Toi et moi sommes faits de renversements, je crois. Et delà, nous ne nous aimerons jamais …