Accueil litterature Sceller…

Sceller…

0
1
185

Tellement insignifiant et infime demeure notre passage au sein de ce monde que la seule chose qui m’apporte un apaisement, c’est de t’avoir aimé, mal peut-être, pas comme je l‘aurais attendu, espéré, désiré ou encore souhaité, mais je vois bien que le croisement de nos deux parallèles a été pour moi d’une force, d’une générosité infinie, tellement surprenante et inattendue et surtout, ineffable. L’un comme l’autre, nous avons marqué quelques hésitations devant cette voute céleste étoilée ; au début, nous osions à peine contempler sa splendeur. Peut-être cela n’ira-t-il pas au-delà de ce qui semble être scellé.

 tableaunoir

 


ISABELLE FRANC RTTR

 Prenez soin de vous

Protégé par le droit d’auteur (voir les modalités <http://www.culture.uv.fr/cultupratiques/droits/protection.ht  // -tous droits réservés

 

 

 

 

  • Eux aussi…

    Parfois, la langue est lourde de mensonges. D’inconséquences, aussi. Je tends l’oreille. L…
  • La balaçoire…

    L’humiliation est-elle une seconde nature ? Je vais écouter, sans argument, puis, m’éclips…
  • Voler…

    Depuis enfant, je m’attends toujours à ce que le pire puisse advenir, arriver, surgir. Un …
Charger d'autres articles liés
  • Eux aussi…

    Parfois, la langue est lourde de mensonges. D’inconséquences, aussi. Je tends l’oreille. L…
  • La balaçoire…

    L’humiliation est-elle une seconde nature ? Je vais écouter, sans argument, puis, m’éclips…
  • Voler…

    Depuis enfant, je m’attends toujours à ce que le pire puisse advenir, arriver, surgir. Un …
Charger d'autres écrits par handiparisperpignan
  • Eux aussi…

    Parfois, la langue est lourde de mensonges. D’inconséquences, aussi. Je tends l’oreille. L…
  • La balaçoire…

    L’humiliation est-elle une seconde nature ? Je vais écouter, sans argument, puis, m’éclips…
  • Voler…

    Depuis enfant, je m’attends toujours à ce que le pire puisse advenir, arriver, surgir. Un …
Charger d'autres écrits dans litterature

Laisser un commentaire

Consulter aussi

La comédie humaine

La comédie humaine. Je dois reconnaître, parce que je vous le dois bien, qu’en ce mo…