Le fil…

0
1
96

Si je tisse le fil de ton regard à mon existence, tu es le premier capable de museler mes douleurs. Ainsi, tu me redonnes confiance en la gent masculine. Je t’ai à peine entrevu que déjà je n’ai plus envie d’être séparé de toi. Je vis exclusivement dans cette précipitation, excuse-moi. Une espèce de hâte qui vise je ne sais trop quoi, un équilibre artificiel, peut-être. Demande aux autres femmes ce qu’elles disent de toi. Tu ramènes tout à toi…

 

ondes

 

 

 

ISABELLE FRANC RTTR

 Prenez soin de vous

Protégé par le droit d’auteur (voir les modalités <http://www.culture.uv.fr/cultupratiques/droits/protection.ht  // -tous droits réservés

  • Orthographe…

    Des fautes. Des pelotes de fautes d’orthographe… tout semble être parti à vau-l’eau depuis…
  • Frénésie

    Je voulais croire que j’étais comme tout le monde ; surtout m’imprégner et me convaincre d…
  • Incertitude du temps…

    Depuis quelques temps, chaque matin, je sens mon corps traverser par une énergie nouvelle.…
Charger d'autres articles liés
  • Orthographe…

    Des fautes. Des pelotes de fautes d’orthographe… tout semble être parti à vau-l’eau depuis…
  • Frénésie

    Je voulais croire que j’étais comme tout le monde ; surtout m’imprégner et me convaincre d…
  • Incertitude du temps…

    Depuis quelques temps, chaque matin, je sens mon corps traverser par une énergie nouvelle.…
Charger d'autres écrits par handiparisperpignan
  • Orthographe…

    Des fautes. Des pelotes de fautes d’orthographe… tout semble être parti à vau-l’eau depuis…
  • Frénésie

    Je voulais croire que j’étais comme tout le monde ; surtout m’imprégner et me convaincre d…
  • Incertitude du temps…

    Depuis quelques temps, chaque matin, je sens mon corps traverser par une énergie nouvelle.…
Charger d'autres écrits dans litterature

Laisser un commentaire

Consulter aussi

La chair

Devant une telle générosité de corps, j’avais pris pour habitude de ne succomber à a…