Accueil litterature M’entendre…

M’entendre…

0
3
95

Est-ce que tu m’entends te demander ce que tu desires , toi ? Au fond je suis née pour exaucer Le long fleuve doux qui coule dans mes veines est un fou d’amour. Feu follet à ses heures perdues. Et on prend goût ce qu il mette à nu nos questionnements qui perlent nos routes. Toutes ces incertitudes qui rongent nos regards et font des bleus. Il faut apprendre à regarder la mer de la proue du bateau. Il me semble que le soleil y est plus haut. Vaille que vaille je t’attends avec patience, ardement.

images (1)

Isabelle franc Rttr

Copyright 2021

  • La transparence…

    Je sais que c’est toujours triste de contempler l’étiolement d’une histoire, ou de quelque…
  • La bulle de savon…

    Je sais avoir souvent parlé de grandir auprès de toi, c’est un ravissement, au-delà d’une …
  • Simplicité…

    Et je lis sur ton visage l’agacement. Cela a pour effet de provoquer des grands bruits à l…
Charger d'autres articles liés
  • La transparence…

    Je sais que c’est toujours triste de contempler l’étiolement d’une histoire, ou de quelque…
  • La bulle de savon…

    Je sais avoir souvent parlé de grandir auprès de toi, c’est un ravissement, au-delà d’une …
  • Simplicité…

    Et je lis sur ton visage l’agacement. Cela a pour effet de provoquer des grands bruits à l…
Charger d'autres écrits par handiparisperpignan
  • La transparence…

    Je sais que c’est toujours triste de contempler l’étiolement d’une histoire, ou de quelque…
  • La bulle de savon…

    Je sais avoir souvent parlé de grandir auprès de toi, c’est un ravissement, au-delà d’une …
  • Simplicité…

    Et je lis sur ton visage l’agacement. Cela a pour effet de provoquer des grands bruits à l…
Charger d'autres écrits dans litterature

Laisser un commentaire

Consulter aussi

In fine…

Et si « in fine » la vie devait se résumer ainsi : soleil, café et musique classique ??? J…