Accueil litterature Encore …

Encore …

0
3
88

Aimer, c’est aussi cela. L’amour la rend folle, tapageuse, et sauvage. On le sait, on n’a pas d’autre choix que de la subir. La femme, un beau matin, se réveille dans cet état d’avalanche, qui emprunte ces forces. Doit-il pour autant demeurer inaudible ? Silencieux ? Je crois percevoir au creux de chaque nuit, sa langue blanche, muette et tapie. J’observe tournoyer autour de toi ces regards, elles cherchent, elles aussi, à s’arrimer, à couler dans ta mémoire ; je ne les juge pas.

n_product_thumb

ISABELLE FRANC RTTR

 Prenez soin de vous

Protégé par le droit d’auteur (voir les modalités <http://www.culture.uv.fr/cultupratiques/droits/protection.ht  // -tous droits réservés

  • J’ai pris…

    Ô, j’ai pris conscience comme je peux aimer tes espaces silencieux. Chaque fois que nous d…
  • Et si…

    Et si, par malheur, je me tais, je ne pourrais plus ni crier, ni avancer ; je recevrais le…
  • Et pourquoi ?

    Et pourquoi, quand je suis seule, je pense à la chaleur de tes bras qui tisse autour de mo…
Charger d'autres articles liés
  • J’ai pris…

    Ô, j’ai pris conscience comme je peux aimer tes espaces silencieux. Chaque fois que nous d…
  • Et si…

    Et si, par malheur, je me tais, je ne pourrais plus ni crier, ni avancer ; je recevrais le…
  • Et pourquoi ?

    Et pourquoi, quand je suis seule, je pense à la chaleur de tes bras qui tisse autour de mo…
Charger d'autres écrits par handiparisperpignan
  • J’ai pris…

    Ô, j’ai pris conscience comme je peux aimer tes espaces silencieux. Chaque fois que nous d…
  • Et si…

    Et si, par malheur, je me tais, je ne pourrais plus ni crier, ni avancer ; je recevrais le…
  • Et pourquoi ?

    Et pourquoi, quand je suis seule, je pense à la chaleur de tes bras qui tisse autour de mo…
Charger d'autres écrits dans litterature

Laisser un commentaire

Consulter aussi

A rien …

Ne t’attends à rien. Ce matin, je me suis demandée ce que j’allais bien pouvoir vous racon…