Accueil litterature Sous les étoiles…

Sous les étoiles…

0
2
77

Elle se met à jouer quand elle ne peut plus faire autrement. Elle a toujours détesté les jeux de société à cause de cela. La peur de perdre, et, cette non envie incrustée dans sa chair de se montrer ainsi, mauvaise perdante, chose insupportable à ses yeux…elle pense tellement à ces montées d’adrénaline, ses torsions, ses frayeurs et ses noeuds au ventre qui dessinent d’un trait grossier, le reflet de notre image ; elle aimerait éviter cet épuisement. Elle hait toutes les sortes de compétition. Elle ne cherche surtout pas à gagner pour autant, cela ne l’intéresse pas, gagner, perdre … À présent, elle aimerait que les autres arrêtent de se dissimuler derrière leurs sourires, ils ont tant de choses à cacher. Elle  préfère les imperfections. Les choses lisses lui font peur. Elle a mis du temps à comprendre que la clarté n’était que le voile du mensonge. Elle voulait relaisser toutes les promesses des aurores. Et, se tenir sous une voûte d’étoiles.

 

images

ISABELLE FRANC RTTR

 Prenez soin de vous

Protégé par le droit d’auteur (voir les modalités <http://www.culture.uv.fr/cultupratiques/droits/protection.ht  // -tous droits réservés

  • J’ai pris…

    Ô, j’ai pris conscience comme je peux aimer tes espaces silencieux. Chaque fois que nous d…
  • Et si…

    Et si, par malheur, je me tais, je ne pourrais plus ni crier, ni avancer ; je recevrais le…
  • Et pourquoi ?

    Et pourquoi, quand je suis seule, je pense à la chaleur de tes bras qui tisse autour de mo…
Charger d'autres articles liés
  • J’ai pris…

    Ô, j’ai pris conscience comme je peux aimer tes espaces silencieux. Chaque fois que nous d…
  • Et si…

    Et si, par malheur, je me tais, je ne pourrais plus ni crier, ni avancer ; je recevrais le…
  • Et pourquoi ?

    Et pourquoi, quand je suis seule, je pense à la chaleur de tes bras qui tisse autour de mo…
Charger d'autres écrits par handiparisperpignan
  • J’ai pris…

    Ô, j’ai pris conscience comme je peux aimer tes espaces silencieux. Chaque fois que nous d…
  • Et si…

    Et si, par malheur, je me tais, je ne pourrais plus ni crier, ni avancer ; je recevrais le…
  • Et pourquoi ?

    Et pourquoi, quand je suis seule, je pense à la chaleur de tes bras qui tisse autour de mo…
Charger d'autres écrits dans litterature

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Transition

Elle – à présent, puisque son genre est en train de se substituer aux formats normatifs, d…