Pour …

0
2
147

Il y a des soirs où on oublie sa tête, ses textes, le pain…et le parfum des roses. il y a des soirs où la langue sous entendue n’est plus celle de l’amour. Et là, c’est la panique, on pense à ces choses ratées, aux autres sans cesse reportées…voire inachevées. A jamais, il y a aura ce précédent. J’aimerais que l’on me fasse, un instant, croire que tout est rattrapable, que ce qui est perdu se retrouve, que les disputes s’oublient, que les différences suffoquent mais que les étoiles ne s’éloignent jamais plus loin d’un bras…. J’aimerais le croire rien qu’un instant ! Il y a une multitude de raisons pour …

pulsions

 

ISABELLE FRANC RTTR

 Prenez soin de vous

Protégé par le droit d’auteur (voir les modalités <http://www.culture.uv.fr/cultupratiques/droits/protection.ht  // -tous droits réservés

  • Chat noir dans les bras…

    De fait, l’autre ne ressemble jamais à soi. J’ai besoin de vérité. J’ai besoin de sincérit…
  • Il y a ce corps…

    Il y a ton corps que je vois se cabrer, ton visage qui s’épanouit…m’attends-tu à l’orée de…
  • Abolir…

    J’ai le souvenir, exact et précis, que l’histoire de mon existence est parsemée de portes …
Charger d'autres articles liés
  • Chat noir dans les bras…

    De fait, l’autre ne ressemble jamais à soi. J’ai besoin de vérité. J’ai besoin de sincérit…
  • Il y a ce corps…

    Il y a ton corps que je vois se cabrer, ton visage qui s’épanouit…m’attends-tu à l’orée de…
  • Abolir…

    J’ai le souvenir, exact et précis, que l’histoire de mon existence est parsemée de portes …
Charger d'autres écrits par handiparisperpignan
  • Chat noir dans les bras…

    De fait, l’autre ne ressemble jamais à soi. J’ai besoin de vérité. J’ai besoin de sincérit…
  • Il y a ce corps…

    Il y a ton corps que je vois se cabrer, ton visage qui s’épanouit…m’attends-tu à l’orée de…
  • Abolir…

    J’ai le souvenir, exact et précis, que l’histoire de mon existence est parsemée de portes …
Charger d'autres écrits dans litterature

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Parce que…

Parce que je crois n’avoir de ma vie aimer quelqu’un d’aussi près. Même …