Accueil litterature Attendre…et rien d’autre

Attendre…et rien d’autre

0
2
62

C’est une drôle d’expérience que nous vivons…Il y a tellement d’attente dans nos courtes existences. Tellement de parenthèses et d’envies sur le bord de nos routes. Moi, parfois, je me nourris de toi. Me souvenir de ton regard si doux, si bienveillant, m’apprend à laisser passer les nuages de douleur. Pour répondre à cet élan, j’ai décidé de te placer numéro un, histoire de me faire croire que tu me relèves quand je trébuche. Même si, à ce stade, j’ignore tout des barrières de ta beauté intérieure. T’attraper une seconde reste un privilège. Je n’ai jamais demandé ni plus  ni mieux que d’être aimé. Mais il y a tant de turbulences dans nos eaux, tant de souffles qui s’accrochent à nous pour respirer autrement. Je n’étais pas ce que les autres voulaient que je sois, docile, muette, casée dans une vie pas faite pour elle. Je n’avais pas les atouts pour réussir dans cette voie. Chaque jour j’avais soif de te trouver pour me délivrer de cette puissance qu’est la reproduction.

 téléchargement (1)

 

ISABELLE FRANC RTTR

 Prenez soin de vous

Protégé par le droit d’auteur (voir les modalités <http://www.culture.uv.fr/cultupratiques/droits/protection.ht  // -tous droits réservés

 

 

  • J’ai pris…

    Ô, j’ai pris conscience comme je peux aimer tes espaces silencieux. Chaque fois que nous d…
  • Et si…

    Et si, par malheur, je me tais, je ne pourrais plus ni crier, ni avancer ; je recevrais le…
  • Et pourquoi ?

    Et pourquoi, quand je suis seule, je pense à la chaleur de tes bras qui tisse autour de mo…
Charger d'autres articles liés
  • J’ai pris…

    Ô, j’ai pris conscience comme je peux aimer tes espaces silencieux. Chaque fois que nous d…
  • Et si…

    Et si, par malheur, je me tais, je ne pourrais plus ni crier, ni avancer ; je recevrais le…
  • Et pourquoi ?

    Et pourquoi, quand je suis seule, je pense à la chaleur de tes bras qui tisse autour de mo…
Charger d'autres écrits par handiparisperpignan
  • J’ai pris…

    Ô, j’ai pris conscience comme je peux aimer tes espaces silencieux. Chaque fois que nous d…
  • Et si…

    Et si, par malheur, je me tais, je ne pourrais plus ni crier, ni avancer ; je recevrais le…
  • Et pourquoi ?

    Et pourquoi, quand je suis seule, je pense à la chaleur de tes bras qui tisse autour de mo…
Charger d'autres écrits dans litterature

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Apres nuit blanche

Dans mon rêve, je croyais que tu dormais, alors je ne voulais pas te réveiller, ni même te…