Accueil litterature Dire et raconter

Dire et raconter

0
2
77

Je raconterai la nuit ; Je raconterai le bleu de rêves. C’est toujours à peu de choses près le même désespoir qui accourt le long de mon âme. Cette même nostalgie qui fait tomber la pluie. Les orages se succèdent à un rythme effréné ces derniers temps. Aujourd’hui, sa légende va et vient dans l’attente, l’air de rien. Je me suis jurée d’aller jusqu’au bout, tenir bon, pour toi. Tu penseras à  la douleur après.

 

240143330_10218397224073214_319761133698213711_n

ISABELLE FRANC RTTR

 Prenez soin de vous

Protégé par le droit d’auteur (voir les modalités <http://www.culture.uv.fr/cultupratiques/droits/protection.ht  // -tous droits réservés

  • J’ai pris…

    Ô, j’ai pris conscience comme je peux aimer tes espaces silencieux. Chaque fois que nous d…
  • Et si…

    Et si, par malheur, je me tais, je ne pourrais plus ni crier, ni avancer ; je recevrais le…
  • Et pourquoi ?

    Et pourquoi, quand je suis seule, je pense à la chaleur de tes bras qui tisse autour de mo…
Charger d'autres articles liés
  • J’ai pris…

    Ô, j’ai pris conscience comme je peux aimer tes espaces silencieux. Chaque fois que nous d…
  • Et si…

    Et si, par malheur, je me tais, je ne pourrais plus ni crier, ni avancer ; je recevrais le…
  • Et pourquoi ?

    Et pourquoi, quand je suis seule, je pense à la chaleur de tes bras qui tisse autour de mo…
Charger d'autres écrits par handiparisperpignan
  • J’ai pris…

    Ô, j’ai pris conscience comme je peux aimer tes espaces silencieux. Chaque fois que nous d…
  • Et si…

    Et si, par malheur, je me tais, je ne pourrais plus ni crier, ni avancer ; je recevrais le…
  • Et pourquoi ?

    Et pourquoi, quand je suis seule, je pense à la chaleur de tes bras qui tisse autour de mo…
Charger d'autres écrits dans litterature

Laisser un commentaire

Consulter aussi

du spleen

En ce moment, chaque matin, à l’aube, à l’heure du brouillard, dans ce gris, ce froid, hum…