Accueil litterature Orthographe…

Orthographe…

0
1
120

Des fautes. Des pelotes de fautes d’orthographe… tout semble être parti à vau-l’eau depuis quelques années semble-t-il. Je vois un grand nombre s’insurger ! Et toutes ces choses perceptibles dont on sait qu’elles trahissent notre âme. Elle disent tout de notre vérité intérieure, de ce qui coule dans notre sang. C’est ainsi que l’on donne à voir nos plaies, nos crevasses, nos fractures. Mais il ne faut surtout pas pointer ces écarts-là. Je me rappelle ces instants de grâce, ces dictées où nous pouvions regarder en face l’immense beauté de notre langue. Je suis défaite et attristée de faire ce constat ; de voir que l’orthographe est prise comme arme de lutte des classes… Sans doute laissera-t-elle sur nos corps quelques traces de son histoire.

 371592232517117

ISABELLE FRANC RTTR

 Prenez soin de vous

Protégé par le droit d’auteur (voir les modalités <http://www.culture.uv.fr/cultupratiques/droits/protection.ht  // -tous droits réservés

  • J’ai pris…

    Ô, j’ai pris conscience comme je peux aimer tes espaces silencieux. Chaque fois que nous d…
  • Et si…

    Et si, par malheur, je me tais, je ne pourrais plus ni crier, ni avancer ; je recevrais le…
  • Et pourquoi ?

    Et pourquoi, quand je suis seule, je pense à la chaleur de tes bras qui tisse autour de mo…
Charger d'autres articles liés
  • J’ai pris…

    Ô, j’ai pris conscience comme je peux aimer tes espaces silencieux. Chaque fois que nous d…
  • Et si…

    Et si, par malheur, je me tais, je ne pourrais plus ni crier, ni avancer ; je recevrais le…
  • Et pourquoi ?

    Et pourquoi, quand je suis seule, je pense à la chaleur de tes bras qui tisse autour de mo…
Charger d'autres écrits par handiparisperpignan
  • J’ai pris…

    Ô, j’ai pris conscience comme je peux aimer tes espaces silencieux. Chaque fois que nous d…
  • Et si…

    Et si, par malheur, je me tais, je ne pourrais plus ni crier, ni avancer ; je recevrais le…
  • Et pourquoi ?

    Et pourquoi, quand je suis seule, je pense à la chaleur de tes bras qui tisse autour de mo…
Charger d'autres écrits dans litterature

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Hier…

Quelle chute ! C’est le grand chaos émotionnel. Tous les mots se bousculent dans ma …