Violet…

0
1
74

L’épaisseur de ta trace ne cesse de grandir. Je ne sais pas si j’avais déjà imaginé cet instant-là, je ne peux le dire, ni même en avoir une quelconque certitude. Mais je sentis son souffle dans ma nuque, puis un vent doux se répandre tout le long de mon corps. C’est un sentiment indescriptible, impossible à raconter, à décrire, mais surtout, à taire. Je me savais capable de m’enivrer de tes colères, tes déluges. Les choses les plus fragiles… et, je veux entendre tout ce qui peut se trouver sous ta poitrine.

 260126706_874885296540210_1250071825133945839_n

ALMA ISABELLE FRANC RTTR

 Prenez soin de vous

Protégé par le droit d’auteur (voir les modalités <http://www.culture.uv.fr/cultupratiques/droits/protection.ht  // -tous droits réservés

  • J’ai pris…

    Ô, j’ai pris conscience comme je peux aimer tes espaces silencieux. Chaque fois que nous d…
  • Et si…

    Et si, par malheur, je me tais, je ne pourrais plus ni crier, ni avancer ; je recevrais le…
  • Et pourquoi ?

    Et pourquoi, quand je suis seule, je pense à la chaleur de tes bras qui tisse autour de mo…
Charger d'autres articles liés
  • J’ai pris…

    Ô, j’ai pris conscience comme je peux aimer tes espaces silencieux. Chaque fois que nous d…
  • Et si…

    Et si, par malheur, je me tais, je ne pourrais plus ni crier, ni avancer ; je recevrais le…
  • Et pourquoi ?

    Et pourquoi, quand je suis seule, je pense à la chaleur de tes bras qui tisse autour de mo…
Charger d'autres écrits par handiparisperpignan
  • J’ai pris…

    Ô, j’ai pris conscience comme je peux aimer tes espaces silencieux. Chaque fois que nous d…
  • Et si…

    Et si, par malheur, je me tais, je ne pourrais plus ni crier, ni avancer ; je recevrais le…
  • Et pourquoi ?

    Et pourquoi, quand je suis seule, je pense à la chaleur de tes bras qui tisse autour de mo…
Charger d'autres écrits dans litterature

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Avoir confiance…

La confiance perdue peut-elle se retrouver ? Vaste question qui se pose et qui s’oppose,  …