Accueil litterature Je te crois en tout…

Je te crois en tout…

0
1
92

L’amour n’est pas sans profondeur. Il n’existe tout simplement pas sans ce qu’il y a sous la surface de l’eau…J’ai appris de toi à m’attacher autrement, plus librement. Cela peut paraître contradictoire mais ça ne l’est pas. Pas quand on caresse les guerres intérieures de l’autre. Pas quand le jeu se joue dans une langue audacieuse, inédite, inventée, modulée, façonnée pour l’occasion, qui nous situe au-delà de toute oralité. Cela remue, ça fait tanguer nos assises si confortables. Peu de nous ose s’aventurer dans ces zones d’inconfort. La douceur de ton visage ne cesse constamment de me rappeler les anges d’en-haut. Ce que j’aime le plus chez toi c’est que tu ne caches jamais tes blessures. De toi, elles disent tellement la vérité d’un monde chaotique que j’espère adoucir. Dire que je ne sais pas être en colère contre toi, laisse-moi descendre dans tes fondations, tes profondeurs sont bien loin de me faire peur. On s’avoue que nos sourires nous font trembler. Certaines nuits assassines il paraît que l’on se répare du roman qui se trame. Je te crois en tout.

 tableau-de-femme-drape-rouge-5fe235628611a

 

ALMA ISABELLE FRANC RTTR

 Prenez soin de vous

Protégé par le droit d’auteur (voir les modalités <http://www.culture.uv.fr/cultupratiques/droits/protection.ht  // -tous droits réservés

 

  • J’ai pris…

    Ô, j’ai pris conscience comme je peux aimer tes espaces silencieux. Chaque fois que nous d…
  • Et si…

    Et si, par malheur, je me tais, je ne pourrais plus ni crier, ni avancer ; je recevrais le…
  • Et pourquoi ?

    Et pourquoi, quand je suis seule, je pense à la chaleur de tes bras qui tisse autour de mo…
Charger d'autres articles liés
  • J’ai pris…

    Ô, j’ai pris conscience comme je peux aimer tes espaces silencieux. Chaque fois que nous d…
  • Et si…

    Et si, par malheur, je me tais, je ne pourrais plus ni crier, ni avancer ; je recevrais le…
  • Et pourquoi ?

    Et pourquoi, quand je suis seule, je pense à la chaleur de tes bras qui tisse autour de mo…
Charger d'autres écrits par handiparisperpignan
  • J’ai pris…

    Ô, j’ai pris conscience comme je peux aimer tes espaces silencieux. Chaque fois que nous d…
  • Et si…

    Et si, par malheur, je me tais, je ne pourrais plus ni crier, ni avancer ; je recevrais le…
  • Et pourquoi ?

    Et pourquoi, quand je suis seule, je pense à la chaleur de tes bras qui tisse autour de mo…
Charger d'autres écrits dans litterature

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Être entière…

Je parle d’un acte d’amour fou. Quelque chose de l’ordre de l’insensé…qui peut aussi avoir…