Accueil litterature La robe jaune…

La robe jaune…

0
2
122

Je pars…j’ai aimé ce que tu m’as donné, gentiment, avec force et patience. C’est un cadeau inestimable que tu as semé. J’ai retenu ton sourire lorsque nous nous sommes rencontrés la première fois. Ce fut, je crois, le début d’une admiration sans borne. Tout, en toi, me séduisit. Peut-être que le véritable amour ne souffre pas le moindre chant dissonant ?  J’avais, pourtant, attendu longtemps avant de nous entremêler…nous, nos corps, nos visions, nos discours etc … mais, plaire à n’importe quel prix aux autres suppose trop de pliures, de contorsions, de pleurs. Que cette nouvelle révolution me fasse grandir, qu’elle vienne à bout de mes tempêtes. Je sais que je n’oublierai pas tes mains posées sur mes épaules, tes baisers sur mon front. Il y a de l’ivresse et du bonheur dans tes gestes. Je n’ai plus peur de la vie, de mes élans, mes victoires, mes chutes. Et ce chant, que j’aime profondément, continuera de se répandre en moi. Qu’aimerais-je connaître de plus ? Quelque chose qui ressemble à tes éclairs…

1195571877614206

Alma isabelle franc rttr

Et prenez soin de vous…Texte protégé

<http://www.culture.uv.fr/cultupratiques/droits/protection.ht  // -tous droits réservés

  • Chat noir dans les bras…

    De fait, l’autre ne ressemble jamais à soi. J’ai besoin de vérité. J’ai besoin de sincérit…
  • Il y a ce corps…

    Il y a ton corps que je vois se cabrer, ton visage qui s’épanouit…m’attends-tu à l’orée de…
  • Abolir…

    J’ai le souvenir, exact et précis, que l’histoire de mon existence est parsemée de portes …
Charger d'autres articles liés
  • Chat noir dans les bras…

    De fait, l’autre ne ressemble jamais à soi. J’ai besoin de vérité. J’ai besoin de sincérit…
  • Il y a ce corps…

    Il y a ton corps que je vois se cabrer, ton visage qui s’épanouit…m’attends-tu à l’orée de…
  • Abolir…

    J’ai le souvenir, exact et précis, que l’histoire de mon existence est parsemée de portes …
Charger d'autres écrits par handiparisperpignan
  • Chat noir dans les bras…

    De fait, l’autre ne ressemble jamais à soi. J’ai besoin de vérité. J’ai besoin de sincérit…
  • Il y a ce corps…

    Il y a ton corps que je vois se cabrer, ton visage qui s’épanouit…m’attends-tu à l’orée de…
  • Abolir…

    J’ai le souvenir, exact et précis, que l’histoire de mon existence est parsemée de portes …
Charger d'autres écrits dans litterature

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Ces maladies auto immunes

Certains le connaissent ce texte, d’autres le découvrent…     En fai…