Accueil litterature L’épaule nue…

L’épaule nue…

0
1
131

Est-ce que l’amour, le vrai, le grand, celui que l’on croit unique ne se révèle que dans un lieu bruyant ? Depuis quelques temps, tu es devenu ma nouvelle chair, je reste sur ta main qui dénude mes mues ; tu seras toujours sur mon chemin celui qui part sans m’emmener avec lui. L’homme de ma solitude. Ton visage embrasse mon entêtement, mes promenades, imaginaires,  en bord de mer. Et puis, il y a ce moment où tu es celui qui réveille en me posant ces questions…je t’ai choisi pour être de ma famille, pout être enveloppée de ton amour.

tableau-de-femme-de-dos-avec-drape-5fe23e23cdea7

Alma isabelle franc rttr

Et prenez soin de vous…Texte protégé

<http://www.culture.uv.fr/cultupratiques/droits/protection.ht  // -tous droits réservés

  • Chat noir dans les bras…

    De fait, l’autre ne ressemble jamais à soi. J’ai besoin de vérité. J’ai besoin de sincérit…
  • Il y a ce corps…

    Il y a ton corps que je vois se cabrer, ton visage qui s’épanouit…m’attends-tu à l’orée de…
  • Abolir…

    J’ai le souvenir, exact et précis, que l’histoire de mon existence est parsemée de portes …
Charger d'autres articles liés
  • Chat noir dans les bras…

    De fait, l’autre ne ressemble jamais à soi. J’ai besoin de vérité. J’ai besoin de sincérit…
  • Il y a ce corps…

    Il y a ton corps que je vois se cabrer, ton visage qui s’épanouit…m’attends-tu à l’orée de…
  • Abolir…

    J’ai le souvenir, exact et précis, que l’histoire de mon existence est parsemée de portes …
Charger d'autres écrits par handiparisperpignan
  • Chat noir dans les bras…

    De fait, l’autre ne ressemble jamais à soi. J’ai besoin de vérité. J’ai besoin de sincérit…
  • Il y a ce corps…

    Il y a ton corps que je vois se cabrer, ton visage qui s’épanouit…m’attends-tu à l’orée de…
  • Abolir…

    J’ai le souvenir, exact et précis, que l’histoire de mon existence est parsemée de portes …
Charger d'autres écrits dans litterature

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Un regard en arrière

Des ballades à la violence il y a moins d’un pas. Franchi, ça fait mal. Ca explose dans to…