Accueil litterature Au matin…

Au matin…

0
1
125

N’importe où, chaque matin, elle a, pour ainsi dire toujours, le sourire aux lèvres. Ceux qui la connaissent savent que, pour elle, les larmes se versent dans la plus stricte solitude…L’écriture lui a appris à prendre une certaine distance, à évacuer les ondes négatives qui étouffent la respiration. Lumineuse, à la fois douce et épicée, elle essaie, au quotidien, d’accomplir des miracles…elle aimerait tellement faire sourire les gens, voir leurs regards contempler un nouvel horizon ; elle les observe ; ils semblent vouloir fuir quelque chose d’autre que le silence, quelque chose sans contour, ni forme, une altération, peut-être ? Au fond, elle se demande ce qu’ils veulent trouver ainsi…

 feinte

Alma isabelle franc rttr

Et prenez soin de vous…Texte protégé

<http://www.culture.uv.fr/cultupratiques/droits/protection.ht  // -tous droits réservés

  • Chat noir dans les bras…

    De fait, l’autre ne ressemble jamais à soi. J’ai besoin de vérité. J’ai besoin de sincérit…
  • Il y a ce corps…

    Il y a ton corps que je vois se cabrer, ton visage qui s’épanouit…m’attends-tu à l’orée de…
  • Abolir…

    J’ai le souvenir, exact et précis, que l’histoire de mon existence est parsemée de portes …
Charger d'autres articles liés
  • Chat noir dans les bras…

    De fait, l’autre ne ressemble jamais à soi. J’ai besoin de vérité. J’ai besoin de sincérit…
  • Il y a ce corps…

    Il y a ton corps que je vois se cabrer, ton visage qui s’épanouit…m’attends-tu à l’orée de…
  • Abolir…

    J’ai le souvenir, exact et précis, que l’histoire de mon existence est parsemée de portes …
Charger d'autres écrits par handiparisperpignan
  • Chat noir dans les bras…

    De fait, l’autre ne ressemble jamais à soi. J’ai besoin de vérité. J’ai besoin de sincérit…
  • Il y a ce corps…

    Il y a ton corps que je vois se cabrer, ton visage qui s’épanouit…m’attends-tu à l’orée de…
  • Abolir…

    J’ai le souvenir, exact et précis, que l’histoire de mon existence est parsemée de portes …
Charger d'autres écrits dans litterature

Laisser un commentaire

Consulter aussi

L’attente

Le pire, c’est que je savais que je l’attendais. Je ne pensais qu’à lui et personne d’autr…