Accueil litterature Chapeau rouge…

Chapeau rouge…

0
2
129

Plus qu’une envie, un désir…tu es le corps autour duquel je m’enroule, cette voix charismatique et solaire au creux de laquelle, chaque matin, je dépose mon monde. Chaque parcelle de ta peau contient une larme de moi. L’amour ne se contente pas d’être, cela lui est insuffisant, il interroge, il se répand, a besoin de prendre toute la place. Il faut des aubes, des échecs, des voix dans le nuit pour faire de nos humeurs l’essentiel, des bouleversements, des liens continus. Une existence qui ne s’oublie pas ! Et il nous faut cheminer, avancer avec ça vers l’introuvable.

 118645899_10216342808554110_4859284387332859166_n

Alma isabelle franc rttr

Et prenez soin de vous…Texte protégé

<http://www.culture.uv.fr/cultupratiques/droits/protection.ht  // -tous droits réservés

  • Chat noir dans les bras…

    De fait, l’autre ne ressemble jamais à soi. J’ai besoin de vérité. J’ai besoin de sincérit…
  • Il y a ce corps…

    Il y a ton corps que je vois se cabrer, ton visage qui s’épanouit…m’attends-tu à l’orée de…
  • Abolir…

    J’ai le souvenir, exact et précis, que l’histoire de mon existence est parsemée de portes …
Charger d'autres articles liés
  • Chat noir dans les bras…

    De fait, l’autre ne ressemble jamais à soi. J’ai besoin de vérité. J’ai besoin de sincérit…
  • Il y a ce corps…

    Il y a ton corps que je vois se cabrer, ton visage qui s’épanouit…m’attends-tu à l’orée de…
  • Abolir…

    J’ai le souvenir, exact et précis, que l’histoire de mon existence est parsemée de portes …
Charger d'autres écrits par handiparisperpignan
  • Chat noir dans les bras…

    De fait, l’autre ne ressemble jamais à soi. J’ai besoin de vérité. J’ai besoin de sincérit…
  • Il y a ce corps…

    Il y a ton corps que je vois se cabrer, ton visage qui s’épanouit…m’attends-tu à l’orée de…
  • Abolir…

    J’ai le souvenir, exact et précis, que l’histoire de mon existence est parsemée de portes …
Charger d'autres écrits dans litterature

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Sublime !

Sublime ! Elle est sublime, divine. Je ne mens pas, d’ailleurs, pourquoi le ferai-je…