Accueil litterature La danseuse…

La danseuse…

0
6
244

Je serais la fille d’une histoire familiale, la mienne, composée de celle de ma mère, mais pas que, celle de la Nation, de la danse, du collectif, de la non solitude, aussi ; on m’a souvent dit et répété, que j’impressionnais…quoi, comment ? Je n’en sais rien. Je n’ai pourtant pas la sensation d’être une menace pour quiconque me côtoie…J’écoute mes mots me flageller. Je chuchote le soir, entre deux tempêtes, les incompréhensions, les injustices, les abandons et les disputes…Je me suis remplie d’autres saveurs, d’autres vies et d’autres magies. J’ai appris ce que pouvait signifier d’autres intelligences, d’autres subtilités quand tombe la nuit. J’ai réalisé la tristesse des promesses et la force des caprices. Alors, c’est oui, il faut se sentir grand, vire invincible, pour apprivoiser et affronter tout ceci. Parfois, on peut ressortir des décombres ces silences infligés, ces paroles endurées, etc…

images

Alma isabelle franc rttr

Et prenez soin de vous…Texte protégé

<http://www.culture.uv.fr/cultupratiques/droits/protection.ht  // -tous droits réservés

  • Chat noir dans les bras…

    De fait, l’autre ne ressemble jamais à soi. J’ai besoin de vérité. J’ai besoin de sincérit…
  • Il y a ce corps…

    Il y a ton corps que je vois se cabrer, ton visage qui s’épanouit…m’attends-tu à l’orée de…
  • Abolir…

    J’ai le souvenir, exact et précis, que l’histoire de mon existence est parsemée de portes …
Charger d'autres articles liés
  • Chat noir dans les bras…

    De fait, l’autre ne ressemble jamais à soi. J’ai besoin de vérité. J’ai besoin de sincérit…
  • Il y a ce corps…

    Il y a ton corps que je vois se cabrer, ton visage qui s’épanouit…m’attends-tu à l’orée de…
  • Abolir…

    J’ai le souvenir, exact et précis, que l’histoire de mon existence est parsemée de portes …
Charger d'autres écrits par handiparisperpignan
  • Chat noir dans les bras…

    De fait, l’autre ne ressemble jamais à soi. J’ai besoin de vérité. J’ai besoin de sincérit…
  • Il y a ce corps…

    Il y a ton corps que je vois se cabrer, ton visage qui s’épanouit…m’attends-tu à l’orée de…
  • Abolir…

    J’ai le souvenir, exact et précis, que l’histoire de mon existence est parsemée de portes …
Charger d'autres écrits dans litterature

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Au passage

Désormais,  elle vit ses nouvelles amoures… comme de l’amour courtois, les romances brèves…