Accueil litterature La robe noire…

La robe noire…

0
2
134

N’aimer que les êtres vivants, ne fréquenter que ceux qui savent imposer leur silence. Le ciel, il y a dans notre vie des croisements inévitables, des résonances d’instants privilégiés, des silences abîmés qui viennent du large. Il y a ton souffle qui court le long de mes doigts, et, nos guerres à n’en plus finir. Dis-lui, toi, qu’il a tort de ne pas aller jusqu’au bout. Je me suis mise à penser qu’il n’aimait pas les sentiments qui tiennent la distance. On n’a plus le temps de s’inquiéter, d’hésiter…cessons de jouer à cache-cache, une fois pour toute. Je demeure dans l’attente de tout…l’espoir, la tolérance etc…

 images (13)

Alma isabelle franc rttr

Et prenez soin de vous…Texte protégé

<http://www.culture.uv.fr/cultupratiques/droits/protection.ht  // -tous droits réservés

  • Chat noir dans les bras…

    De fait, l’autre ne ressemble jamais à soi. J’ai besoin de vérité. J’ai besoin de sincérit…
  • Il y a ce corps…

    Il y a ton corps que je vois se cabrer, ton visage qui s’épanouit…m’attends-tu à l’orée de…
  • Abolir…

    J’ai le souvenir, exact et précis, que l’histoire de mon existence est parsemée de portes …
Charger d'autres articles liés
  • Chat noir dans les bras…

    De fait, l’autre ne ressemble jamais à soi. J’ai besoin de vérité. J’ai besoin de sincérit…
  • Il y a ce corps…

    Il y a ton corps que je vois se cabrer, ton visage qui s’épanouit…m’attends-tu à l’orée de…
  • Abolir…

    J’ai le souvenir, exact et précis, que l’histoire de mon existence est parsemée de portes …
Charger d'autres écrits par handiparisperpignan
  • Chat noir dans les bras…

    De fait, l’autre ne ressemble jamais à soi. J’ai besoin de vérité. J’ai besoin de sincérit…
  • Il y a ce corps…

    Il y a ton corps que je vois se cabrer, ton visage qui s’épanouit…m’attends-tu à l’orée de…
  • Abolir…

    J’ai le souvenir, exact et précis, que l’histoire de mon existence est parsemée de portes …
Charger d'autres écrits dans litterature

Laisser un commentaire

Consulter aussi

La théorie du voyage

Châteaubriand « On sait que Marseille du temps de Cicéron et d’Agricola, était appelée l’A…