Accueil litterature Le goéland…

Le goéland…

0
2
72

Puisque rien ne dure, ne faut-il pas trouver chaque parole belle, dans chaque geste, apercevoir un élan de liberté ? Je sais, on traverse la vie à vive allure en essayant de tenir la distance…La peur nous étreint-elle ? L’exigence fait-elle de nous des coureurs de marathon ? Si on s’arrête, on croit mourir…Ne continuons pas à vivre ainsi : on gaspille un temps infini devant les miroirs jusqu’à se trouver beau, il le faut, sans penser qu’un jour, tout ceci disparaît. Le temps est compté, peut-être, à notre insu ?  On dilapide une énergie folle sans concession. Des petites choses anodines prennent des allures de grandes tragédies dans les promesses de l’aube. On pense que ces lumières, ce que l’on croit être essentiel, ces injonctions infligées, maintiennent en vie la parfaite illusion d’un refuge, qui nous tiendrait à bonne distance de nos blessures. Je me souviens de ce besoin inconditionnel de détourner le regard qui prévaut  sur tout autre choix possible,  et nous rend aveugle. On n’a pas le droit d’être autrement si on veut être bien considéré ; il y a cette sorte d’ivresse qui coule en moi comme tombe la pluie de décembre. Je ne cesserai de crier à l’intérieur pour ne pas céder.

0291959001272278734

Alma isabelle franc rttr

 

Et prenez soin de vous…Texte protégé

<http://www.culture.uv.fr/cultupratiques/droits/protection.ht  // -tous droits réservés

  • Juste être…

    Un visage de plus. En attendant, je respire ton absence. Lorsque l’unique réponse que tu d…
  • Océan bleu…

    C’est bien ça, je voulais être un début. Être le mot qui manque. Être quelque chose qui an…
  • Couleurs…

    Où partent nos chagrins et nos doutes ? Il y a sur le chemin de la vie, parfois, de belles…
Charger d'autres articles liés
  • Juste être…

    Un visage de plus. En attendant, je respire ton absence. Lorsque l’unique réponse que tu d…
  • Océan bleu…

    C’est bien ça, je voulais être un début. Être le mot qui manque. Être quelque chose qui an…
  • Couleurs…

    Où partent nos chagrins et nos doutes ? Il y a sur le chemin de la vie, parfois, de belles…
Charger d'autres écrits par handiparisperpignan
  • Juste être…

    Un visage de plus. En attendant, je respire ton absence. Lorsque l’unique réponse que tu d…
  • Océan bleu…

    C’est bien ça, je voulais être un début. Être le mot qui manque. Être quelque chose qui an…
  • Couleurs…

    Où partent nos chagrins et nos doutes ? Il y a sur le chemin de la vie, parfois, de belles…
Charger d'autres écrits dans litterature

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Le violon…

Et l’imprévisibilité des autres lui fait peur. Derrière ses mots doucereux, et, ses regard…