Accueil litterature Ni oubli, ni pardon…

Ni oubli, ni pardon…

0
2
155

L’une d’entre nous …Ces derniers jours, il y a comme un air de déjà vu. Des relents de frissons malsains qui flottent dans les nuages. Un copier-coller de haine. Des obscurités qui persistent. Des barbaries qui résistent. Où donc se cache l’essence de l’autre ? Est-ce dans l’expression d’un regard ? La retenue d’un mouvement ? Ou la puissance d’un timbre de voix ? Pour autant, il est primordial d’aller constamment à son encontre. Commencer par lui sourire. L’harmonie viendra-t-elle d’en-haut ? Du dialogue ? Néanmoins, il est vital de chercher l’apaisement pour la construire. C’est tout ce que je me dis à chaque aurore. Il faut avoir une seule foi si l’on veut faire avancer la Paix : celle en l’autre. L’obscurité a assez duré. Et je pense à ces corps amputés, inertes, abimés…J’ai cette image qui questionne mon humanité, qui pleure en moi. Est-ce là l’exemple que l’on veut transmettre aux générations futures ? Ce que je crois à présent : il y a des nuits interminables qui vous font vous dresser là, ici et maintenant. Attendre quoi ? Je ne ferai pas la morte, je ne me tairai pas. J’écouterai la plainte des femmes que l’on juge, des mères qui perdent un enfant, des épouses, des soeurs…

 enbruns

Alma isabelle franc rttr

 

Et prenez soin de vous…Texte protégé

<http://www.culture.uv.fr/cultupratiques/droits/protection.ht  // -tous droits réservés

 

  • Chat noir dans les bras…

    De fait, l’autre ne ressemble jamais à soi. J’ai besoin de vérité. J’ai besoin de sincérit…
  • Il y a ce corps…

    Il y a ton corps que je vois se cabrer, ton visage qui s’épanouit…m’attends-tu à l’orée de…
  • Abolir…

    J’ai le souvenir, exact et précis, que l’histoire de mon existence est parsemée de portes …
Charger d'autres articles liés
  • Chat noir dans les bras…

    De fait, l’autre ne ressemble jamais à soi. J’ai besoin de vérité. J’ai besoin de sincérit…
  • Il y a ce corps…

    Il y a ton corps que je vois se cabrer, ton visage qui s’épanouit…m’attends-tu à l’orée de…
  • Abolir…

    J’ai le souvenir, exact et précis, que l’histoire de mon existence est parsemée de portes …
Charger d'autres écrits par handiparisperpignan
  • Chat noir dans les bras…

    De fait, l’autre ne ressemble jamais à soi. J’ai besoin de vérité. J’ai besoin de sincérit…
  • Il y a ce corps…

    Il y a ton corps que je vois se cabrer, ton visage qui s’épanouit…m’attends-tu à l’orée de…
  • Abolir…

    J’ai le souvenir, exact et précis, que l’histoire de mon existence est parsemée de portes …
Charger d'autres écrits dans litterature

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Ensemble, c’est tout.

Ensemble, c’est tellement mieux. Même sans ni  gagner ni réussir, à deux c’est  toujours m…