Accueil litterature Violoncelle….

Violoncelle….

0
3
374

Chacun de nos choix est lié à une profonde blessure. Chacune de nos réponses tente de combler la brisure, enfin, c’est ce que j’ai compris par moi-même, après tellement d’années. Tout mot juste peut nous faire grandir. Tout mot énonce ce que nous devinons du monde. Tout est plein d’émotions qui bousculent nos chevelures, et longues crinières. Parfois, toutes les mains du monde froissent, chiffonnent cette terre. Quand on me demande ce que j’ai dans le cœur, il n’y a qu’une seule et unique réponse possible, l’autre. D’abord, je pense à sa liberté, puis sa légèreté, enfin, sa vérité. Rien, en dehors de ça. Je veux aider les autres à être, je peux les accompagner, c’est permettre, autoriser…il y a dans cette rage qui surgit, quelque chose, un espoir, qui ne cherche pas à aboutir. Il y a souvent des regards de grâce, incontournables, inconsolables, qui engagent-ils ? Que j’aime déposer sur la table les flots de la mer ! J’essaie d’embrasser ce sentiment indicible qui m’inonde, je lui dois beaucoup. Certains regards meurent, mais ceux qui s’éloignent sont tellement beaux, prometteurs, ile ne nous abandonnent jamais. Ceux qui se regardent ne se quittent jamais. On peut lancer bien des regards à ceux que l’on aime, regarder quelqu’un, c’est le rendre sublime et victorieux, cela peut, parfois, exiger d’être fou. Il est si peu de regards sincères. Et puis il y a ce regard radicalement différend, une langue à lui tout seul, lui seul représente ma rébellion et mon espoir, l’un à côté de l’autre. Est-ce que je te plaisais sous ce regard-là ? Qu’est-ce qu’un regard délicat et innocent qui délie, dissémine  et répand une poésie ? Un regard nait non désiré, non désigné. De l’insistance émerge, naît, émane toute la différence…j’attends les premiers regards, vers où regarder, vers les cieux, vers la terre ?

 6316696_IMG_0731

Alma isabelle franc rttr

Et prenez soin de vous…Texte protégé

<http://www.culture.uv.fr/cultupratiques/droits/protection.ht  // -tous droits réservé

  • On dit…

    On dit que …on dit que je suis un vieux pervers narcissique, impuissant et dominateu…
  • Pliures…

    L’être humain est ainsi, sa nature faite telle que : notre besoin d’être aimé et reconnu e…
  • Sol y sombra

     Je m’écarte du bavardage des uns et des médisances des autres. Je me suis réfugiée dans l…
Charger d'autres articles liés
  • On dit…

    On dit que …on dit que je suis un vieux pervers narcissique, impuissant et dominateu…
  • Pliures…

    L’être humain est ainsi, sa nature faite telle que : notre besoin d’être aimé et reconnu e…
  • Sol y sombra

     Je m’écarte du bavardage des uns et des médisances des autres. Je me suis réfugiée dans l…
Charger d'autres écrits par handiparisperpignan
  • On dit…

    On dit que …on dit que je suis un vieux pervers narcissique, impuissant et dominateu…
  • Pliures…

    L’être humain est ainsi, sa nature faite telle que : notre besoin d’être aimé et reconnu e…
  • Sol y sombra

     Je m’écarte du bavardage des uns et des médisances des autres. Je me suis réfugiée dans l…
Charger d'autres écrits dans litterature

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Je me tiens…

Je me tenais, là, assise face à l’infini de la mer . Je contemplais la solitude. Je …