Accueil litterature Coup dur…

Coup dur…

0
1
266

J’étais prête à tendre la main, à oublier, voire effacer, toute ma mémoire, devenir une hérétique, libertine, pourquoi pas…me dévêtir de cette vertu qui m’a pourtant tant apporté. Ô, tout ceci peut sembler imaginaire, irréaliste, utopique, mais, mon avenir affiche son ambition, être hors-la-loi. Je me suis agenouillée devant ta voix, qui semblait chargée de bienveillance, et, entamé un chemin de traverse. Le caractère illusoire de nos idéaux. Je me souviens qu’il y avait toi, et moi, nos âmes, il y avait ce murmure entre nous qui faisait tellement de bruit, qui parfois partait, mais toujours revenait, et, qui nous sauvait de toute pesanteur. La houle de la mer épuisait nos nuits. Je me suis mise relire ces heures passées, je n’ai jamais jugé, toujours tremblé, frémis…vers qui dois-je aller ? Quand je regarde les horizons je vois ourler sur tes lèvres un baiser fugitif, timide mais osé. Il arrive que les larmes chutent des falaises de ce murmure, qu’elles se fassent l’écho d’un souffle à l’agonie, de là où la tendresse est partie à la dérive. Je ne comprends plus vraiment ce qui vient d’ailleurs. Je croyais, les yeux fermés, que je m’appartenais…à présent, j’attends l’instant où les montagnes se soulèveront, un chant vient de briser mon envol. Demande à mes yeux de ne plus voir la profondeur des âmes, à mes épaules de ne plus porter l’enfant que tu es, à mes lèvres de sceller nos césures. L’Être comme une existence silencieuse, qui ressemble au crépuscule. Il arrive que les mots se taisent, terrifiés intimidés, par la maison hantée de nos âmes.

434421553_25461071416839958_2153599011318480708_n

Alma isabelle franc rttr

texte protégé

  • Eux aussi…

    Parfois, la langue est lourde de mensonges. D’inconséquences, aussi. Je tends l’oreille. L…
  • La balaçoire…

    L’humiliation est-elle une seconde nature ? Je vais écouter, sans argument, puis, m’éclips…
  • Voler…

    Depuis enfant, je m’attends toujours à ce que le pire puisse advenir, arriver, surgir. Un …
Charger d'autres articles liés
  • Eux aussi…

    Parfois, la langue est lourde de mensonges. D’inconséquences, aussi. Je tends l’oreille. L…
  • La balaçoire…

    L’humiliation est-elle une seconde nature ? Je vais écouter, sans argument, puis, m’éclips…
  • Voler…

    Depuis enfant, je m’attends toujours à ce que le pire puisse advenir, arriver, surgir. Un …
Charger d'autres écrits par handiparisperpignan
  • Eux aussi…

    Parfois, la langue est lourde de mensonges. D’inconséquences, aussi. Je tends l’oreille. L…
  • La balaçoire…

    L’humiliation est-elle une seconde nature ? Je vais écouter, sans argument, puis, m’éclips…
  • Voler…

    Depuis enfant, je m’attends toujours à ce que le pire puisse advenir, arriver, surgir. Un …
Charger d'autres écrits dans litterature

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Être soi-même…

Je me retire du combat…de guerre lasse, je m’incline. Je ne pourrais aimer qu’un hom…