Danser…

0
2
310

Ici, personne n’a rien compris, personne ne fait le moindre effort pour vouloir comprendre. Mes entrailles se remplissent de nuages blancs et solitaires, s’étendent des fumées noires. Et un jour, vous verrez, fleuriront les regrets, les remords…irrémédiablement, vos certitudes vous quitteront, elles deviendront des doutes, cela arrivera comme une rafale de vent. On dirait que je suis devenue un jardin déserté, par la chaleur, par le soleil, par les mains…le système dans lequel nous vivons n’admet pas la sensibilité, la droiture, la franchise, tout cela agace, étouffe…parmi les pleurs qui déambulent, les promesses, les pliures, c’est la vie qui s’étrangle. Tout est si près, tout résonne si fort en moi…N’oublions jamais de regarder derrière le soleil. Il y a quelque chose de doux, de délicieux, à libérer sa parole. On plait toujours quand on s’emmure dans le silence.

 448404524_7622288374493058_242207205059737590_n

Alma isabelle franc rttr

Et prenez soin de vous…Texte protégé

<http://www.culture.uv.fr/cultupratiques/droits/protection.ht  //r -tous droits réservés

 

  • Chat noir dans les bras…

    De fait, l’autre ne ressemble jamais à soi. J’ai besoin de vérité. J’ai besoin de sincérit…
  • Il y a ce corps…

    Il y a ton corps que je vois se cabrer, ton visage qui s’épanouit…m’attends-tu à l’orée de…
  • Abolir…

    J’ai le souvenir, exact et précis, que l’histoire de mon existence est parsemée de portes …
Charger d'autres articles liés
  • Chat noir dans les bras…

    De fait, l’autre ne ressemble jamais à soi. J’ai besoin de vérité. J’ai besoin de sincérit…
  • Il y a ce corps…

    Il y a ton corps que je vois se cabrer, ton visage qui s’épanouit…m’attends-tu à l’orée de…
  • Abolir…

    J’ai le souvenir, exact et précis, que l’histoire de mon existence est parsemée de portes …
Charger d'autres écrits par handiparisperpignan
  • Chat noir dans les bras…

    De fait, l’autre ne ressemble jamais à soi. J’ai besoin de vérité. J’ai besoin de sincérit…
  • Il y a ce corps…

    Il y a ton corps que je vois se cabrer, ton visage qui s’épanouit…m’attends-tu à l’orée de…
  • Abolir…

    J’ai le souvenir, exact et précis, que l’histoire de mon existence est parsemée de portes …
Charger d'autres écrits dans litterature

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Au pied du mur

Au pied du mur. C’est toujours dans les embruns du désir que les racines de tout nouveau l…