Accueil litterature Sol y sombra

Sol y sombra

0
2
241

 Je m’écarte du bavardage des uns et des médisances des autres. Je me suis réfugiée dans le seul havre de paix que je connaisse, le doux silence. Au fond de l’obscurité, je sens encore tes mains dessiner mes courbes, je devine tes larmes caresser ma peau. On a laissé après notre passage des ombres et des lumières…parce qu’il y a des absences qu’il ne faut pas comprendre. un agencement des choses au monde à ne pas déranger ; quand les choses de la vie viennent nous réapprendre la douceur. J’ai contemplé longtemps l’eau créer sa houle…J’aime la parole nue, l’insoutenable non qui épingle, qui propulse hors de soi. Je suis moi, mélancolique et triste désormais. J’ai cru être le mensonge de moi-même, des lèvres qui ne parlent plus. Est-ce qu’il n’y a que la douleur de perdre un être aimé que fasse grandir tellement ? Parc que nos rêves se mêlent à la disparition…parce que quelque chose de nouveau mûrit sous la peau…j espère que l’aube bousculera le désordre du monde tout ce chaos ..Quand j attends tranquillement l’impatience, ici, tout est état de conscience, de solitude, puisque que je me tiens aux bords des adieux, et notre besoin de réconfort est immense, éviter de laisser mon esprit sombrer dans les luttes de pouvoir, les histoires sales e infantiles. Je ne cesse d’être tiraillée entre une vision désenchantée du monde et ces lettres choisies, émouvante troublante je n’ai plus vraiment d’âge, je semble cacher le temps…hâte-toi, j’ai passé quelques heures peut s’empêcher d’entendre de sentir. Tout l’art d’être docile pour recouvrir les immenses failles. Les fils ente deux âmes sont des anges que rien, ni personne ne peut ni défaire, ni bâillonner…Souviens-toi que soudain tu habitais mes rêves…

 348547633_1392992294821444_2365465008701567992_n

 

Alma isabelle franc rttr

Et prenez soin de vous…Texte protégé

<http://www.culture.uv.fr/cultupratiques/droits/protection.ht  //r -tous droits réservés

  • Chat noir dans les bras…

    De fait, l’autre ne ressemble jamais à soi. J’ai besoin de vérité. J’ai besoin de sincérit…
  • Il y a ce corps…

    Il y a ton corps que je vois se cabrer, ton visage qui s’épanouit…m’attends-tu à l’orée de…
  • Abolir…

    J’ai le souvenir, exact et précis, que l’histoire de mon existence est parsemée de portes …
Charger d'autres articles liés
  • Chat noir dans les bras…

    De fait, l’autre ne ressemble jamais à soi. J’ai besoin de vérité. J’ai besoin de sincérit…
  • Il y a ce corps…

    Il y a ton corps que je vois se cabrer, ton visage qui s’épanouit…m’attends-tu à l’orée de…
  • Abolir…

    J’ai le souvenir, exact et précis, que l’histoire de mon existence est parsemée de portes …
Charger d'autres écrits par handiparisperpignan
  • Chat noir dans les bras…

    De fait, l’autre ne ressemble jamais à soi. J’ai besoin de vérité. J’ai besoin de sincérit…
  • Il y a ce corps…

    Il y a ton corps que je vois se cabrer, ton visage qui s’épanouit…m’attends-tu à l’orée de…
  • Abolir…

    J’ai le souvenir, exact et précis, que l’histoire de mon existence est parsemée de portes …
Charger d'autres écrits dans litterature

Laisser un commentaire

Consulter aussi

trop de pudeur…

Ainsi va la vie…elle avance quoiqu’il arrive. Notre histoire est un torrent de sentiments …